Cinq visites. Peu d'effets secondaires.

Le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes dans le monde.1 Aujourd'hui, MRIdian® change le paradigme du traitement du cancer de la prostate et pourrait offrir aux patients la possibilité de traiter leur cancer avec seulement cinq fractions et moins d'effets secondaires.

Les résultats publiés le 12 janvier 2023 dans la revue JAMA Oncology2 démontrent la supériorité du guidage IRMdian dans la radiothérapie corporelle stéréotaxique (SBRT) pour le cancer de la prostate localisé par rapport à la SBRT guidée par CT.

L'essai contrôlé randomisé de phase III MIRAGE(NCT04384770) montre une réduction significative des effets secondaires génito-urinaires (GU) et gastro-intestinaux (GI) aigus (≤90 jours) avec la SBRT guidée par IRM par rapport à la SBRT guidée par CT.

Dans une analyse multivariée, qui tient compte des différences dans l'utilisation d'un espaceur rectal, de la taille de la prostate et des symptômes urinaires initiaux, le bras guidé par IRM était associé à une réduction de 60 % des risques de toxicité GU de grade ≥2.

Données MIRAGE JAMA

Mieux pour les patients. Mieux pour les cliniciens. Apprenez-en davantage sur MRIdian dès aujourd'hui.

Découvrez comment MRIdian fonctionne pour la prostate.

MRIdian SMART pour la prostate

Histoires de patients atteints de la prostate

Ressources cliniques

Jouer la vidéo sur le procès de FORT Expainer Video 1

Vidéo explicative du procès de Cornell FORT
(s'ouvre sur une page web d'un tiers)

Pour en savoir plus sur les essais cliniques en cours pour le cancer de la prostate, consultez notre page Essais cliniques page.

Informations importantes sur la sécurité

Indications d'utilisation (IFU): Le système MRIdian Linac, doté de capacités d'imagerie par résonance magnétique, est destiné à fournir une radiochirurgie stéréotaxique et une radiothérapie de précision pour les lésions, les tumeurs et les affections situées n'importe où dans le corps où la radiothérapie est indiquée. Le système MRIdian Linac ne convient pas à tous les patients, notamment à ceux qui ne sont pas candidats à l'imagerie par résonance magnétique.

Informations importantes sur la sécurité (ISI): Les traitements par radiothérapie peuvent provoquer des effets secondaires qui peuvent varier en fonction de la partie du corps traitée. Les plus fréquents sont généralement temporaires et peuvent inclure, sans s'y limiter, une irritation des systèmes respiratoire, digestif, urinaire ou reproducteur, de la fatigue, des nausées, une irritation de la peau et une perte de cheveux. Chez certains patients, les effets secondaires peuvent être graves. Les séances de traitement peuvent varier en complexité et en durée.

La radiothérapie n'est pas appropriée pour tous les cancers. Vous devez discuter avec votre médecin des effets secondaires potentiels et de leur gravité, ainsi que des avantages de la radiothérapie et de l'imagerie par résonance magnétique, afin de vous assurer que la radiothérapie vous convient.

Avis de non-responsabilité: Les opinions et expériences cliniques présentées dans ce document sont propres aux médecins et aux patients présentés et ne sont données qu'à titre d'information. Rien dans ce matériel n'est destiné à fournir des conseils médicaux spécifiques ou à se substituer aux lois ou règlements écrits. Les résultats des traitements présentés dans les vidéos et les informations de cette page Web ne sont pas représentatifs des résultats habituels ou futurs.

Discutez des options de traitement avec votre médecin, y compris des risques et des avantages de l'ensemble du traitement en fonction de vos besoins individuels. Les systèmes Linac MRIdian ne sont disponibles que dans les établissements équipés de manière appropriée et disposant de médecins spécialement formés.

Citations

  1. Ferlay, J., et al. Observatoire mondial du cancer : Le cancer aujourd'hui. Lyon, France : Centre international de recherche sur le cancer. Récupéré le 30 août 2019 de https://gco.iarc.fr/today (2018)
  2. Kishan AU, Ma TM, Lamb JM, et al. JAMA Oncol. Publié en ligne le 12 janvier 2023. doi:10.1001/jamaoncol.2022.6558